topmenu

400 ans du charisme: « voir les besoins physiologiques des pauvres »

 

En cette commémoration des 400 ans de la naissance du charisme vincentien, dans les pas de Vincent de Paul, il nous faut être attentifs aux besoins matériels des pauvres.

Vincent de Paul disait: “s’il y en a parmi nous qi pensent être en la mission pour évangéliser les Pauvres sans les secourir, à remédier à leurs besoins spirituels et non pas leurs besoins matériels, je leur répond qu’il nous faut les assister de toutes les manières » (Coste XI,393).

Pour nous vincentiens, il n’y a pas de séparation entre le matériel et le spirituel. Il faut avoir une foi solidaire avec les Pauvres. Qui met la priorité sur la dimension spirituelle et oublie ou abandonne la dimension matérielle, n’est certainement pas partie prenante du charisme Vincentien. Tout ce que nous faisons doit être fait pour le bien des Pauvres.

Nous vivons dans une société dans laquelle prédomine les relations de domination, de compétition et d’utilitarisme. Ces relations se traduisent en exclusion sociale, pauvreté et misère. Les Pauvres sont Les plus touchés. Ils sont condamnés à vivre dans ces relations, luttant uniquement pour leur survie biologique. Les besoins physiologiques sont en lien avec le fonctionnement du corps humain, ils permettent que la vie de déploie. Nous en avons l’exemple pour l’alimentation, y compris l’eau et des aliments de qualité. L’eau potable est l’eau de la nature disponible pour la consommation qui possède les caractéristiques et les substances qui ne présentent aucun risques pour les personnes qui la consomme qu’ils soient animaux ou êtres humains.

Dans les pays en voie de développement près de 50% des personnes consomment de l’eau contaminée et près 1.1 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Dans le monde, des milliers de personnes meurent pour avoir consommé de l’eau contaminée. Dans les lieux où l’on ne trouve pas d’eau potable, il existe des solutions : la première est de motiver des personnes pour des mobilisations afin de revendiquer ce droit. La seconde solution, comme action d’urgence ; est d’apprendre les personnes à purifier l’eau (en faisant bouillir) avant de la boire.

Le manque de nourriture a toujours été et continue d’être la grande demeure de l’humanité. La faim manque de nourriture, qui en général, touche une partie du monde et des personnes concrètes. On estime à 1 milliard de personnes qui souffrent la faim dans le monde. Ces besoins, sont reliés en dernière instance avec les biens matériels. Il y a les ressources nécessaires et suffisantes pour répondre aux besoins alimentaires de tous, mais nombreux sont ceux qui n’ont pas la possibilité de choisir. Ce sont les marginaux des périphéries où manque la qualité de vie. C’est pour ceux-là que nous sommes appelés à répondre leurs besoins spirituels, mais aussi à accompagner des actions d’amélioration de leurs conditions de vie.

Mizael Donizetti Poggioli – CM

No comments yet.

Laisser un commentaire