topmenu

Vocation et Formation : les lettres du Supérieur Général : une invitation !

Commentaire des lettres du Supérieur Général

Le Padre Tomaž Mavrič CM, depuis son élection durant l’Assemblée Générale de la Congrégation de la Mission, semble avoir marqué son intérêt pour une ligne claire : la mystique de l’action, comme il l’a exprimé dans sa première homélie comme Supérieur Général en juillet dernier, puis dans sa première carte du 19 septembre pour la fête de Saint Vincent. Depuis, le Supérieur Général a souhaité montrer que l’engagement missionnaire vincentien est plus authentique lorsque la vocation est aussi vécue avec son versant mystique. C’est de ce point de vue que le Père Tomaž nous a rappelé l’importance des Règles Communes, la vie communautaire qui est icône de la Trinité et le rôle central de nos Constitutions (dans sa lettre de Carême, du 22 février). Nous pouvons enfin évoquer une de ses premières préoccupations la formation permanente des confrères.

 

 

 

 

 

 

 

Il y a quelques semaines, il a adressé une lettre aux Visiteurs mettant une fois de plus en avant son intérêt pour la formation des missionnaires : cette lettre évoquant avant tout de trois thèmes : la formation initiale, la formation des formateurs et les initiatives de pastorale des vocations. Souvenons-nous que ce dernier point, celui des vocations, est clairement apparu depuis janvier, lorsque le P. Mavrič a écrit la lettre à tous les missionnaires de la CM le 25 janvier dans laquelle il disait :

Je pensé aux nouvelles vocations de frères et de prêtres la Congrégation de la Mission. Il est évident que l’initiative bien toujours de Jésus et que nous devons coopérer et aider. Jésus appelle à la vie consacrée, dans une grande plénitude, afin que cet appel devienne réalité…

Cohérent avec cette orientation le Père Tomaž va aussi profiter du Symposium qui va avoir lieu à Rome en octobre pour qu’il devienne un espace privilégié pour les vocations, l’étendant par deux lettres spéciales, une destinée aux séminaristes et jeunes en 18 et 28 ans (celle du 8 mars) et une autre pour les confrères de moins de cinq ans d’ordination sacerdotale (celle du 30 mars).


 

 

 

 

 

Si nous réunissons toutes ces pièces nous pouvons voir la direction prise par notre Supérieur Général et nous entendons sa parole lorsqu’il nous signale avec force sa conviction que Jésus appelle les jeunes dans divers pays pour Le suivre dans notre Congrégation (carte du 10 avril) ; je me permet de vous signaler quelques aspects de la théologie de la vocation et de la formation que le père Tomaž Mavrič CM nous offre.

La Pyramide Renversée : une sensibilité au mysticisme de l’action.

Il est évident que la plus grande préoccupation des provinces de la CM, au moins en Occident, est le manque de personnel. Peut-être certains insistent-ils davantage sur le grand nombre de confrères en difficulté comme l’a présenté le P. Javier Álvarez C.M., Vicaire Général, à New York en 2013.

Cependant, comme le signale bien le IIème congrès Latino-Américain des Vocations (n° 75c) souvent l’urgence retarde le plus important, et il se trouve l’idée simpliste de croire qu’en nommant un confrère à la pêche aux vocations ou en mettant des missionnaires bien intentionnés dans la formation initiale la situation a trouvé sa réponse.

C’est la raison pour laquelle je me risque à identifier la proposition du PèreTomaž Mavrič CM à l’inversion de la pyramide des âges, en accords avec la théologie des vocations et l’insistance sur la formation sacerdotale de ces dernières années. La pyramide ne se renverse pas comme une nouveauté merveilleuse mais parce que le Supérieur Général, fondé sur sa spiritualité de la mystique de l’action n’est pas tombé dans la tentation de retarder l’urgent et a mis la base de la solution à l’ombre d’une culture vocationnelle vincentienne :

Pour répondre au défi actuel des vocations et de la formation initiale il faut commencer par investir dans la formation permanente des confrères, ce qui ne se réduit pas à quelques rencontres annuelles, ni simplement à ce qui vient après mais ce qui était avant : seulement à partir concept de formation permanente dérivé ou déduit de la formation initiale et non au contraire (CENCINI Amadeo. ¿Croyons-nous vraiment dans la Formation Permanente? Salamanque 2013).

De sorte que comme l’a affirmé le P. Tomaž, le premier et plus important besoin de formation des provinces est celui qui concerne les missionnaires incorporés à la CM, ceux qui ont une voie missionnaire que signalent nos Règles et Constitutions et qui ont répondu positivement à l’appel du Christ évangélisateur des pauvres pour vivre en communauté pour la mission qui doit donner à voir le Dieu Trinité qui accueille les appelés, et les accompagne au long de leurs années de formation initiale, les reçoit dans leurs premières années de missionnaires, les aide à rénover chaque jour leur ministère et les fait se sentir reconnus dans la plénitude de leur vieillesse.

La base de la formation, comme l’on peut comprendre la proposition du P. Mavrič, rencontre seulement son espace lorsqu’elle conduit à créer la culture vocationnelle qui allume le feu de la mystique de l’action dans le plus profond de la communauté et ceci peut être atteint par l’échelon de la formation permanente.


 


 

 

 

 

 

 

                       Une Proposition d’Authentique Esprit Vincentien.

La sérénité et la conviction du P. Tomaž Mavrič CM nous anime à continuer de croire au rêve de Saint Vincent, celui de l’œuvre d’évangélisation des pauvres pour laquelle il manque toujours des ouvriers, et pour cela chaque missionnaire, chaque lazariste dans le monde, ne peut se considérer en dehors de l’appel du Supérieur Général, et ne pas s’unir à cette campagne :

Je vous rappelle que j’ai demandé dans la lettre du 25 janvier 2017, à chacun des missionnaires ainsi qu’à chacune des branches de la Famille Vincentienne, qui durant cette année jubilaire nous invitions de nouveaux membres à s’unir à nous. nous avons déjà des centaines et des milliers de frères qui du ciel se sont unis à nous dans cette campagne ou sont disposés à le faire si nous le leur demandons.

La spiritualité de la mystique de l’action a quatre siècles de tradition fondée par un maitre du discernement vocationnel. S’il est certain qu’aujourd’hui les statistiques de la Congrégation ot changées quant au nombre de confrères consacrés au ministères des séminaires et de la formation du clergé, quelques 248 selon les statistiques de 2016, largement dépassés par les 1020 confrères en paroisses et les 348 retirés et malades ; cela ne signifie en aucune façon que l’intuition de saint Vincent pour Dieu qui nous a appelé et qui depuis toute éternité nous a destiné à être missionnaire (XI, 33), ai terminé de brûler dans l’ADN de notre vocation. Au contraire, ce mysticisme de l’action, semble clair à notre Supérieur Général, pour qui ce ministère de réveil et accompagnement de jeunes en processus de discernement et la tache de formation de l’étape initiale, sont des ministères clefs et centraux dans la Congrégation de la Mission que fait que l’intérêt et l’âme du gouvernement général mérite d’être répercuté dans chaque gouvernement provincial et chaque communauté locale, où le Seigneur nous invite et nous défi d’attirer de nouveaux ouvriers, de nouveaux missionnaires et de confier pleinement dans celui qui accompli toujours sa parole (Lettre du 10 avril).

Rolando Gutiérrez C.M.

Vice-Province de Costa Rica


Comments are closed.