topmenu

Sainte Louise de Marillac : une femme de foi debout pour servir

La vie a toujours des surprises. Souvent des surprises positives, heureuses. Parfois, des surprises qui causent douleur et souffrance. Tant les uns que les autres espèrent qu’elles nous conduisent à une croissance comme personne humaine.

Nous accumulons des faits et des évènements, et cet ensemble d’expériences nous rend à notre humanité. Chaque expérience porte ses faiblesses et ses découragements, conséquence de notre propre histoire personnelle. La grande vertu est l’aptitude à dépasser tous les moments négatifs qui ont été occasionnellement accumulés et les remplacer par des mémoires positives qui produisent du fruit pour soi-même et pour le prochain.

Lorsque je pense à cela, je me souviens d’une femme appelée Louise de Marillac. Pour qui connait un peu sa vie peut ensuite imaginer, que sur elle retombe une grande histoire de dépassement. Une femme qui, malgré les innombrables luttes intérieures qui l’accompagneront toute sa vie, la transformant en une femme d’âme et de cœur accompli.

Lorsqu’au cœur de sa vie, elle a assumé avec la force de sa foi, en des projets qui ne peuvent être mis en œuvre que par des personnes déterminées. Tous les projets avec des objectifs clairs et précis.

Lorsqu’elle a entendu la mission pour laquelle Dieu l’appellera, elle n’a pas hésité à investir toutes ses capacités au service de ce qu’elle devait réaliser. C’est une sainte parce que tout ce qu’elle a coordonné et fait, serve et continue à servir de fondement pour toutes les tâches à réaliser au service des Pauvres.

Je souhaite énumérer ici quelques-uns de ces aspects :

1º Louise de Marillac est une femme d’intelligence sans égal. Ses écrits et ses lettres, encore méconnues de nombre d’entre nous, révèlent cette sagesse, signalent parfaitement l’essence des valeurs des Evangiles. Les orientations qui, justement avec Vincent de Paul, ; a donné aux Filles de la Charité et à d’autres groupes avec lesquelles elle a travaillé, révèle la fermeté des fondements établis.

2º Louise de Marillac a été une femme organisatrice. Au début, elle a réunie des jeunes et leur a donné une solide formation afin qu’elles puissent, sans crainte, être au service des pauvres. Nous pouvons imaginer la dimension de sa capacité organisatrice dans la mission d’organiser ces jeunes et de les préparer pour la réalisation des travaux quotidiens : des rencontres avec les malades et le service des personnes les moins protégées ; offrir les orientations et la formation pour que les « Servantes de la Charité » puissent être témoins vivants et effectifs de la tendresse et de la bonté de Dieu.

3º Une éducatrice: Louise de Marillac savait l’importance et la nécessité de l’éducation. Elle, avec Vincent de Paul, dans tous les lieux où elle a établie des maisons de Filles de la Charité, elle a toujours édifiée une école proche de la maison. Bien qu’elles aient été construites pour les enfants : pères et mères des enfants, jeunes et adultes, tous, chacun selon ses possibilités, ont reçus ses orientations de formation pour pouvoir devenir responsable de leurs vies et agents de transformation. Le cœur consistait à dépasser la pauvreté. L’objectif était une vie digne.

 

Mizael Donizetti Poggioli – CM

No comments yet.

Laisser un commentaire