topmenu

Du 25 avril au 24mai : le CIF Famille Vincentienne

Chères amies et chers amis. Le Centre International de Formation Vincentienne (CIF) a réalisé sa seconde rencontre pour la Famille Vincentienne. Du 25 avril au 24 mai 2017 à Paris. Le groupe accueillait divers pays et groupes d’appartenance. Bien que ce puisse sembler fastidieux, je préfère les nommer pour que nous sachions qui furent les protagonistes. Cette fois, le groupe le plus nombreux fut celui des membres de la Congrégation de la Mission : José Valdo Dos Santos Filho (Brésil); Jesús Palau Banús (Espagne, mais en mission au Honduras); Mario Villar (Chili); Amime Weldeghebriel Andu (Erythrée); Benson Odhiambo (Keynia); Benito Walther Crespo Cayo (Pérou). Mais d’autres congrégations étaient présentes : les Filles de la Charité de New York représentées par Margaret Dennehy (U.S.A.). les Sœurs de Saint Vincent de Paul de Gijzegem, qui avaient envoyées María Sonia Fernandes (Brésil). Les Sœurs de la Charité de Leavenworth, avec la présence de Margaret Finch, Margaret (Peg), Ellen Johnson et Jerelyn Mary Condon (toutes des U.S.A.). les Sœurs de Marie de la Médaille Miraculeuse de Croatie qi avaient déléguées Danica Grgić. Les Sœurs de Marie de la médaille Miraculeuse du Bénin représentées par Julienne Agossa et Solange Sezonde (toutes deux béninoises). Du Bénin aussi Annick Sounouvou des Servantes de l’Amour Rédempteur du Christ. Etait aussi présente la Congrégation des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul de Suwon avec JUNG SOOIN (Corée du Sud) et les Sœurs de la Charité de Seton Hill avec Yeon J. Choi (Corée du Sud). Nous eûmes la présence d’un frère, Andrea Sifuna Barasa (Keynia) membre de la congrégation des Frères de Notre-Dame, Mère de la Miséricorde. De nos associations de laïques étaient aussi représentées par l’Association Internationale de Charité (AIC) avec Clara Inés Díaz Henao et Sixta Tulia (toutes les deux colombiennes). Finalement, Linda Morrison qui a donné des cours en collèges vincentiens. Comme vous le voyez, une grande diversité ! avant tout, cette rencontre nous a illustré l’interculturalité et ‘internationalité de notre Famille. D’autre part, il a été banni de l’expression la « double Famille Vincentienne » qui n’exprime pas la vérité de l’héritage vincentien. Je suis resté très heureux de ce groupe qui a le désir d’apprendre, l’aptitude à prier, a joie et une grande collaboration. Cette dernière dimension s’est vécue par la bonne tenue de notre centre du CIF. D’autres choses sont intéressantes à noter : c’était un groupe qui aimait chantait et bénéficiait de belles voix. La musique a été un espace de communion, malgré la difficulté des diverses langues. Ce fut ainsi un moment de connaissance mutuelle. Je crois que la famille Vincentienne ne se connait pas encore assez. De telles rencontres sont un lieu propice pour le faire.

Durant le cycle de Conférences nous avons approfondis les origines de notre charisme. Enquêtant la vie et la pensée de Saint Vincent. Ainsi que la vie et la pensée de Sainte Louise. Ce ne fut cependant pas un simple regard sur l ’histoire passée, car nous sommes maintenant invités à vivre et recréer notre charisme de fondation. Ceci nous a ouvert à la proposition du changement systémique et à l’éthique de la paix. Appuyés sur une théologie fidèle à l’esprit du Concile Vatican II en assumant la douceur pastorale. Les trois pèlerinage que nous avons fait ont renforcés notre approche de la richesse du charisme vincentien. Etre pèlerin nous rappelle que la vie est un voyage. Et que ce voyage devons être attentifs à la spiritualité. Le premier compagnon du pèlerinage doit être la vérité. C’est pour cela que nous essayons de voyager avec un cœur pèlerin pour être plus libre, nous approcher de Dieu, et de l’héritage vincentien. Cette année nous avons une attention particulière des lieux de naissance du charisme vincentien Folleville, Gannes et Chatillon. Ces voyages à des églises, statues, tableaux nous ont révélé beaucoup d’informations. Ces découvertes sont ensuite devenues prière.

Je dois affirmer que j’ai vu des personnes contentes de cette rencontre. Je rends grâce de cela à la miséricorde infinie de Dieu. Aussi, je soutiens que nous devons continuer ces rencontres une fois l’an au moins. En réaliser un plus petit et plus spécifiques. Nous espérons cependant que davantage de congrégations s’approchent et plus d’associations des laïcs. Autrement dit je serai content de rencontrer des lecteurs de cet article l’an prochain.

Que chacun d’entre vous reçoive mon salut cordial.

Andrés Motto

Directeur du CIF.

andremotto@gmail.com

Traduction Bernard Massarini c.m.



No comments yet.

Laisser un commentaire