topmenu

Le Supérieur Général nous écrit pour la clôture de l’année Vincentienne

Rome, le 25 janvier 2018

   Lettre pour la clôture du 400e anniversaire du charisme vincentien

« AU SEUIL DU CINQUIEME SIECLE DU CHARISME VINCENTIEN »

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ ! Il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit, au ciel, dans le Christ » (Ephésiens 1,3).   A tous les membres de la Famille vincentienne   Mes chers frères et sœurs en saint Vincent,   La grâce et la paix de Jésus soient toujours avec nous !   Au moment de clôturer officiellement, ce 25 janvier 2018, le 400e anniversaire du charisme vincentien, nous pouvons répéter avec le cœur débordant de joie les mots de saint Paul au commencement de sa lettre aux Ephésiens. Le Ciel nous a comblés de bénédictions à beaucoup de niveaux : au niveau personnel, au niveau de chaque branche et au niveau de la Famille vincentienne dans son ensemble. Que cette expérience demeure pour nous source d’approfondissement, de développement et d’extension du charisme vincentien afin de toujours produire davantage de fruits nouveaux.   Au cours de l’année jubilaire, la Famille vincentienne a organisé tant d’initiatives, de célébrations et de projets merveilleux aux plans local, national et international. Au plan international de toute la Famille vincentienne, nous avons organisé :   a) Le Symposium international de la Famille vincentienne à Rome, du 12

Le lendemain de la clôture du Symposium, la commission de synthèse s’est réunie pour étudier les contributions des participants des six groupes linguistiques. Les réflexions, les propositions, les idées et les projets seront bientôt communiqués à tous les membres de la Famille vincentienne, en vue de continuer à développer, partager, arroser et faire grandir les graines semées lors du Symposium.

  1. L’Initiative globale de la Famille vincentienne avec les personnes sans-abri (L’Alliance FAMVIN avec les sans-abri).
  2. Ce projet de toute la Famille vincentienne, lancé officiellement lors du Symposium à Rome, le 14 octobre 2017, nous permettra d’approfondir notre collaboration afin de répondre de manière plus efficace aux besoins des personnes qui n’ont pas de logement.
  3. Le festival du film vincentien, intitulé « Trouver Vincent 400 », également lancé officiellement lors du Symposium à Rome, le 14 octobre 2017, aura lieu du 18 au 21 octobre 2018 à Castel Gandolfo.
  4. L’équipe de préparation donnera bientôt davantage d’informations à travers les différents médias : sites web, médias sociaux, YouTube, presse écrite, agences de presse et autres. Le festival du film prétend être un instrument de la « globalisation de la charité ». Toute personne, membre de la Famille vincentienne ou non, de tout pays, peut participer au festival. Il y aura trois concours : 1) pour les jeunes jusqu’à 18 ans dont la participation est l’envoi d’un poème, d’un dessin ou d’un texte ; 2) pour les personnes qui envoient le scénario d’un film à produire à l’avenir ; 3) pour ceux qui présentent un court-métrage. Le thème commun est la vie et le charisme de saint Vincent de Paul.
  5. Le pèlerinage de la relique du cœur de saint Vincent de Paul. Au commencement du cinquième siècle du charisme vincentien, je voulais proposer, comme premiers pas sur ce chemin, les deux initiatives suivantes :
  6. Le pèlerinage d’autres reliques continuera à travers l’Europe et, si Dieu le veut, ensuite dans d’autres continents.
  1. Renouveler et approfondir notre relation avec les Saints, les Bienheureux et les Serviteurs de Dieu de la Famille vincentienne du monde entier, en tant que modèles de la spiritualité et du charisme vincentiens, grâce aux moyens suivants :
    1. Revivifier la vénération et le recours à l’intercession des Saints, des Bienheureux et des Serviteurs de Dieu dans leur lieu d’origine tout d’abord, là où ils sont nés, ont vécu, ont réalisé leur service, où ils sont morts, sont enterrés ou là où leurs reliques sont conservées, par différentes initiatives en vue d’approfondir notre relation avec eux. Renouveler une proximité avec eux au niveau local favorisera et permettra de répandre leur vénération et un plus fort recours à leur intercession dans d’autres régions du monde.
    2. Organiser des rencontres afin de les faire connaître à ceux qui ne les connaissent pas ou les connaissent peu ; organiser des pèlerinages ; préparer des célébrations pour les enfants, les jeunes et les adultes ; publier de nouveaux livrets ; élaborer des montages PowerPoint ; utiliser les différents moyens de communication.
    3. Prier sans cesse pour demander à Jésus la grâce que tous les Bienheureux, les Serviteurs de Dieu ou autres candidats potentiels à la sainteté soient canonisés par l’Eglise. Au sein de la branche spécifique de la Famille vincentienne à laquelle chacun a appartenu, ainsi qu’à l’échelle de toute la Famille vincentienne, nous engager de toutes nos forces dans les démarches en vue de la reconnaissance officielle de l’Eglise.
    4. Il s’agit d’unir, aussi étroitement que possible, notre vie, nos efforts, notre service, nos projets, nos initiatives, nos plans et nos ambitions communes à ceux qui nous ont précédés et désormais intercèdent en notre faveur au Ciel. Ils répondront si nous demandons leur intercession auprès de Dieu. Ils sont nos modèles de la manière de vivre la spiritualité et le charisme vincentiens. Peut-être est-il plus facile de présenter aux autres les Saints, les Bienheureux et les Serviteurs de Dieu de l’histoire récente. Cependant, tous parlent ou peuvent parler aux enfants, aux jeunes, aux adultes et à tous nos contemporains, à ce moment de l’histoire, en tant que modèles de sainteté. Ils sont aussi une des ressources pour de nouvelles vocations à la vie consacrée ou pour l’engagement actif des laïcs au sein des différentes branches de la Famille vincentienne, dans la mission de Jésus, dans la mission de l’Eglise.
  2. Renouveler et approfondir la « culture des vocations ».Je voudrais nous inviter tous à unir nos forces pour faire découvrir aux enfants, aux jeunes et aux adultes d’aujourd’hui, sous l’emprise de cette « anti-culture des vocations », la beauté, l’attrait et le sens porteur de vie de dire un « oui » retentissant en réponse à l’appel de Jésus ! Je nous appelle à montrer aux enfants, aux jeunes et aux adultes qu’il est normal de répondre affirmativement, par un « oui » fort, à l’invitation de Jésus ; ce n’est pas une réponse anormale. Nous devons travailler ensemble pour une culture renouvelée des vocations.« Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu viennes au jour, je t’ai consacré » (Jérémie 1,5).« Je fais de toi la lumière des nations » (Isaïe 49,6).Nous portons dans notre cœur le désir profond de transmettre aux générations à venir le charisme et la spiritualité que nous avons reçus. Nous présentons sans cesse à Dieu à la fois, notre prière pour obtenir de nouvelles vocations, en même temps que de nombreux efforts et initiatives. Le commencement du cinquième siècle du charisme vincentien nous offre une nouvelle occasion d’intensifier nos efforts en faveur d’une culture des vocations. Cela s’harmonise bien avec le thème, de cette année, du Synode des évêques qui aura lieu en octobre à Rome : « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ».Votre frère en saint Vincent,
  3. Confions tout cela à la Providence et à l’intercession de Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, des Saints, des Bienheureux et des Serviteurs de Dieu de la Famille vincentienne et encourageons-nous mutuellement avec la parole de saint Vincent de Paul qui a répondu quand il lui a été demandé ce qu’il aurait voulu faire de sa vie : « davantage ».
  4. La culture des vocations signifie un environnement où toute personne peut découvrir et redécouvrir sa raison d’être sur cette terre, le sens de sa vie, la mission qu’elle est appelée à remplir, l’appel auquel elle est invitée à donner une réponse. La culture des vocations donne la priorité à Jésus, que la vocation soit l’état laïc ou la vie consacrée.
  5. « Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde » (Ephésiens 1,4).
  6. Notre vocation remonte à la source de notre existence, car Dieu pensait à nous avant la fondation du monde, avant notre conception.
  7. Lorsque nous cherchons une explication de la diminution des vocations à la vie consacrée, de la participation active de jeunes et d’adultes dans la vie de l’Eglise et de la foi dans certaines régions du monde, les raisons suivantes ressortent souvent : la société de consommation, le matérialisme, l’individualisme, l’égoïsme, la laïcisation systématique de la société… Nous pouvons parler d’une « anti-culture des vocations ».

 

 

 

Comments are closed.